Google+ La Gazette de Bigbull: DORA N'EST PAS EXPLORATRICE MAIS SALVATRICE

SOUVENEZ-VOUS

OHÉ DU NAVIRE ! *** Retour de la GAZETTE DE BIGBULL avec un article sur un caboteur de la Seine ... le FRISIAN INO ... ***

samedi 19 juillet 2014

DORA N'EST PAS EXPLORATRICE MAIS SALVATRICE

22 mai 2014, le chalutier CELACANTE se retrouve en mauvaise posture sur une roche des pierres noires au large du Conquet (29). C'est en tentant de porter secours à un voilier en difficulté que le chalutier c'est ainsi échoué sur un rocher. (Voir sur le Télégramme de Brest )
Un lieu célèbre pour les photographes brestois
Cette infortune de mer nous permet de découvrir la DORA, navire appartenant à la DCNS* qui a été sollicité à cette occasion pour les tentatives de dégagement du chalutier.
La DORA ex barge autopropulsée de l'off-shore maintenant au service de l'état.
Ainsi le 12 juillet la DORA et le remorqueur SAINT-DENIS de la compagnie BOLUDA ont profité d'une marée à fort coefficient pour dégager le chalutier. Après avoir placé et gonflé des ballons, le chalutier a "décollé" du rocher. Malheureusement les dégâts subies par les coque se sont révélés bien plus importants qu'estimés et le chalutier a immédiatement embarqué beaucoup d'eau et l'arrière s'est rapidement enfoncé sous l'eau rendant le remorquage impossible. 
Remorqueur SAINT-DENIS de la compagnie BOLUDA (photo Erwan Guegueniat)
Il a alors été décidé de couler le chalutier à un endroit qui n'entraverait pas la navigation. En dégonflant les ballons le CELACANTE s'est alors posé sur le fond à 300 m au nord-est du phare des Pierres Noires et à 150 m de la roche sur laquelle il était planté depuis le 22 mai. Il repose donc par 10 mètres de fond sur du sable mais dans un emplacement bien plus accessible. Un nouveau plan de sauvetage devrait intervenir afin de sortir ce bateau et de le déconstruire dans un  chantier approprié. De nouveaux matériels seront certainement nécessaires mais il s'agit là d'une autre histoire ...
La DORA à quai à la base navale nous permet de découvrir, en arrière plan et sur le quai,
un canon de 380 mm du cuirassé RICHELIEU.
Ce canon armait le bâtiment de ligne de 35 000 tonnes RICHELIEU construit à Brest et mis à flot le 17 janvier 1939. Sa masse est d'environ 126 tonnes. L'artillerie principale des bâtiments de la classe RICHELIEU était composée de huit canons de ce tube disposés en deux tourelles quadruples dont la partie mobile avait une masse de 2275 tonnes. Capable de tirer des obus de 380 mm et de 900 kg à une distance de 37 km et à la cadence de deux coups par minute. "Ce matériel représente l'apogée de l'Artillerie Navale Française" (plaque scellée sur le socle du canon). Le RICHELIEU fut mis en réserve en août 1959, désarmé en 1967 puis démoli à La Spezia (Italie) en 1968.
Un couteau suisse pour les opérations maritimes.
DORA - IMO 8417508 - 41,10x10,71x2,93 m - TE 2,18 m - JB 391 - JN 117 - PL 407 t - Ptot 546 kW (deux moteurs MWM / deux hélices) - V 7,5 nds - Constr. 1984 (IMC, Tonnay-Charente, France) - Gérant DCN Brest - Pav. France. Ex DORIS 40 X 10 (1984-1988).

SAINT-DENIS - IMO 8617342 - 28,85 x 9,52 x 3,71 m - Construit en 1986 - Motorisation 2 moteurs M.W.M. TBD440-6K - Tirant d'eau 3,03 m - Puissance totale 1 800 kW - Chantier Ets Breheret (Ingrandes)

Le groupe DCNS, dont le nom est une marque signifiait à son début en 2007 la Direction des Constructions Navales Service, est une entreprise intervenant dans le domaine du naval militaire et de l'énergie.
Enregistrer un commentaire