Google+ La Gazette de Bigbull: ANTILLES ... UN DESTIN TRAGIQUE.

SOUVENEZ-VOUS

OHÉ DU NAVIRE ! *** Retour de la GAZETTE DE BIGBULL avec un article sur un caboteur de la Seine ... le FRISIAN INO ... ***

dimanche 9 août 2009

ANTILLES ... UN DESTIN TRAGIQUE.


L'ANTILLES rentre à Fort-de-France (Carte postale R-Zaia)

Un peu de "creux" dans les arrivées sur le port de Fort-de-France me permet de remonter le temps et de vous raconter l'HISTOIRE D'UN PAQUEBOT DES ANTILLES ... (inspirée du site : http://www.frenchlines.com)


Quelles lignes ces paquebots de la Transat. (R-Zaia)

ANTILLES a été lancé 6 mois avant son sister-ship FLANDRE. Malheureusement le paquebot FLANDRES étant victime de nombreux soucis techniques, le lancement de l'ANTILLES sera retardé de près de 10 mois sur la date prévue initialement. Il sera donc mis en service en avril 1953. C'est avec le FLANDRES, le plus gros paquebot français jamais construit pour desservir les Antilles et l'Amérique centrale (début des lignes sur les Antilles 1862). Au cours de sa carrière, ANTILLES portera plusieurs fois assistance à des navires marchands en 1964, 1966 et 1971.

Antilles au mouillage (photo JM-DELABRE)

Vue du pont en mer (JM DELABRE)

Dans les années cinquante, en dehors de quelques croisières dans les eaux européennes et américaines, ANTILLES dessert avant tout le réseau des Antilles. Dans les années soixante, la formule de croisière est modernisée, ainsi dès 1966, il est possible de rejoindre sa croisière à bord de l'ANTILLES et de retourner en métropole par voie aérienne. Comme FRANCE à la même époque, ANTILLES se partage donc entre les liaisons régulières et les croisières.

L'ANTILLES à quai à Fort-de-France

Le drame, le 8 janvier 1971, en pleine croisière, le paquebot heurte un récif non signalé sur les cartes, à proximité de l'Ile Moustique, et ce alors qu'il se rendait de La Guayra à La Barbade. Sous le choc une cuve à mazout se rompt et le feu se déclare immédiatement dans la salle des machines. L'équipage ne pouvant maitriser le sinistre, l'évacuations des passagers est ordonnée en direction de l'île Moustique. Le 9 au matin, ils sont transférés sur le paquebot QUEEN ELIZABETH 2 venu à la rescousse et sur les cargos SUFFREN et POINTE ALLEGRE de la Transat. L'incendie n'a heureusement pas fait de victime mais le paquebot est en feu.

Ile Moustique au sut de Saint-Vincent (Grenadines)

L'épave se cassera en deux dès le 9 janvier et se consumera pendant 6 semaines. Pendant de nombreuses années son épave sera visible et se démantèlera lentement, aujourd'hui elle est complètement immergée. ANTILLES sera remplacé sur la ligne par le paquebot DE GRASSE, ex-BERGENSFJORD, construit en 1956.

L'épave devant l'île Moustique (origine inconnu - DR)

Différence entre ANTILLES et FLANDRES : ANTILLES était doté comme FLANDRE d'une cheminée relativement basse. De ce fait, sous les Tropiques, les ponts arrière étaient constamment maculés de salissures. C'est pourquoi, en février 1956, les services techniques du Havre découpent la cheminée et installent une rehausse de 3 mètres. Cette modification - pourtant couronnée de succès - n'a jamais été apportée au FLANDRE, même après son transfert définitif sur la ligne des Antilles en 1962. En 1963-64, les deux paquebots sont modernisés par la généralisation du conditionnement d'air et la transformation d'une partie des emménagements intérieurs.

ANTILLES (paquebot ) 1953 - 1971
Coque en acier et pourvu de deux hélices.
lieu de construction : ................Brest
Année d'entrée en flotte : ..........1953
Longueur (en mètres) : ...............173,23
Largeur (en mètres) : ....................24,4
Jauge brute (en tonneaux) : ....19828
Port en lourd (en tonnes) : .........5781
Type de moteur : ...............2 groupes turbines à engrenage double réduction
Puissance du moteur (en chevaux) : 42000 Vitesse en service (en noeuds) : 23 soit Le Havre à Fort-de-France en 7 jours.
Enregistrer un commentaire