Google+ La Gazette de Bigbull: SCAPHANDRE PIEDS LOURDS

SOUVENEZ-VOUS

OHÉ DU NAVIRE ! *** Retour de la GAZETTE DE BIGBULL avec un article sur un caboteur de la Seine ... le FRISIAN INO ... ***

mercredi 30 juillet 2014

SCAPHANDRE PIEDS LOURDS

Ce dimanche 27 juillet 2014 à Douarnenez une animation bien sympathique nous permet de découvrir ... le SCAPHANDRE et le SCAPHANDRIER.

Depuis la nuit des temps l'homme a toujours eu comme rêve de se mouvoir sous l'eau tout en pouvant respirer. On rapporte même qu'au IVème siècle avant JC, Alexandre le Grand lui-même aurait plongé sous l'eau grâce à un système de cloche inversée. Cette cloche n'était en fait qu'un grand tonneau de verre ouvert sur le bas. Grâce à ce Colympha (nom donné à ce tonneau), ancêtre de la cloche à plonger, Alexandre le Grand aurait pu explorer les fonds méditerranéens à environ 10 mètres de la surface.
LE SITE DU SCAPHANDRIER AVEC LE COMPRESSEUR A DROITE ACTIVÉ A L'HUILE DE COUDE
Léonard de Vinci (1452-1519) lui même imagina, dans ses nombreuses inventions, un masque avec tuyau amenant l'air au plongeur. Destinée à l'usage du combat contre une flotte ennemie, cette invention était constituée d'une combinaison étanche en cuir et ne permettait que d'explorer des profondeurs ne dépassant pas quelques dizaines de mètres. Il est fort  probable que du vivant de ce formidable inventeur ce scaphandre ne soit resté qu'à l'état de dessin sur un morceau de papier.
L'HUILE DE COUDE A PLEINE PUISSANCE - SURTOUT ON NE S’ARRÊTE PAS
En 1715 un anglais, John Lethbridge, inventa une machine de plongée que je ne détaillerais pas ici car celle-ci ne permettait pas au plongeur de se déplacer, cependant il est intéressant de la citer afin de noter la progression des inventions concernant le scaphandre.
DESCENDRE COMME TOUS LES SCAPHANDRIERS DEPUIS PLUS D'UN SIÈCLE
Le 1er scaphandre à casque fut en fait l'œuvre d'un français, le chevalier Rémy de Beauve. Appartenant à la garde de la marine à Brest (Jeunes gentilshommes apprenant le service de la marine afin de devenir officier de marine) il eu l'idée en 1715 d'associer un casque métallique à un vêtement de cuir isolant et parfaitement étanche. Cette invention permettait au plongeur de se déplacer sur le fond de l'eau en position verticale. Le casque était bien entendu relié à la surface par deux tuyaux. L'un recevait l'air de surface par un soufflet et l'autre permettait l'évacuation de l'air expiré du plongeur. Le principe du Scaphandre à casque était né et ne demandait qu'à être améliorer dans les années suivantes.

LA REMONTÉE
Ainsi c'est un parisien, Sieur Fréminet qui entre 1771 et 1774 améliora la tenue du scaphandrier en la dotant d'une réserve d'air sur le dos du plongeur et en équipant l'habit de poids portés au niveau des pieds. Ces lourdes semelles ont ainsi valu le surnom de "scaphandriers pieds lourds".
SE DÉSÉQUIPER ... UN MOMENT DE SOULAGEMENT AU VU DU POIDS DE L'EQUIPEMENT
A DROITE UNE COMBINAISON RETOURNÉE ET AU SÉCHAGE
Par la suite de nombreux aménagements ont permis au scaphandre d'évoluer dans le temps et de rester utilisable pendant plus d'un siècle comme l’a montré le commandant COUSTEAU dans son film « Le Monde du silence » où l’on voit un scaphandrier pieds lourds grec utilisant un scaphandre de type Lerios et évoluant avec les plongeurs autonomes de la Calypso. Ce qui fit dire à Jacques-Yves COUSTEAU en 1955 : « De nos jours subsiste un équipement vieux d'un siècle : le scaphandre à casque... ».

NOMENCLATURE DE L'EQUIPEMENT DU SCAPHANDRIER
Enregistrer un commentaire